Le Masque Bléblé

Le masque chanteur bléblé gla ou tohourou est élégant avec son visage féminin. Selon A. Gnonsoa, les masques chanteurs chez les Wè reproduisent des portraits de personnes vivantes ; le client ou l'artiste prend pour modèle la femme réputée la plus belle du village ou tout simplement celle dont il est épris. Il porte une chemise en coton tissée à la main et une large jupe de raphia, ses jambes sont couvertes. La bouche est cachée sous une énorme moustache faite d'une matière de couleur rouge.

Traditionnellement son visage est orné de clochettes glé. Le masque chanteur anime les fêtes en chantant les louanges des organisateurs de la fête, des cuisinières et des invités. Selon A. Gnonsoa, le masque chanteur est un véritable historien qui sait évoquer les grandes actions des ancêtres de celui à qui il s’adresse.

Il est souvent invité aux fêtes de réjouissances et aux funérailles ; il peut aussi, de son propre gré, décider d’aller saluer une personnalité. Il rapporte beaucoup de biens à chaque manifestation parce qu’il s’adresse à tous, sans exception et reçoit de chacun des cadeaux en espèces ou en nature. Le masque chanteur flatte l’amour propre et invite chacun à la générosité. Il anime les fêtes et cérémonies joyeuses par des chants qui lui sont propres. Bléblé gla chante et un petit groupe de musiciens lui répond. Sa voix est légèrement voilée par le bois du masque facial. Quelquefois il danse.

à Nimé, le masque chanteur porte le nom de gbôto klagba. Il est accompagné d’un choeur de six hommes dont un joue d’une trompe traversière guingbo et trois secouent des hochets-sonnailles sablé. Selon le responsable Yorogbo Roger, cette danse a été créée il y a 23 ans.