Masque Zaouli

Djelalou Zaouli, littéralement Zaouli, fille de Djela. Le Zaouli est né dans les années 1950 en pays Gouro. C'est un masque exaltant joie et beauté, animé dans la danse par le rythme du même nom.

Ouinnaila vit à Zrabi Sehifla, en territoire Gouro. Le masque de ce village est Djela. Cet homme va un jour dans un village voisin et observe le boulou, danse pratiquée la-bas. Il s’en inspire pour créer à son retour Zaouli, la fille de Djela. Son premier danseur est Voïzié.

La beauté de Zaouli a poussé les gens à danser et l’a rendue très populaire, puisqu’elle a été adoptée dans tout les villages Gouro puis s’est élargie à tous les ivoiriens.

Le Zaouli est une danse de réjouissance au cours de laquelle le danseur s’exprime par des performances et des prouesses. L’artiste doit alors révéler son talent dans la diversité, l’originalité, la rapidité d’exécution des pas et des figures qu’il réalise. Ne pouvant jamais répéter le même pas sans se discréditer, le danseur s’engage dans un véritable duel de danse.

Il existe un grand nombre de masques Zaouli différents. Il s’en crée sans cesse car il n’existe pas de limite. Chaque masque représente une histoire symbolique qui lui est propre.

On danse le masque Zahouli pour les fêtes et pour les funérailles. Zahouli est une déesse de la beauté et les chants en son honneur se rapportent à un défi lancé par une couleuvre à un oiseau. Le masque Zahouli est toujours décoré de couleurs très vives (le style »patine ancienne »sur ce type de masque n’est pas justifié et serait au contraire un signe de la non authenticité du masque).

La danse Zahouli est certainement l’une des plus gracieuse de Côte d’Ivoire. Ce masque a pour fonction d’accroître la productivité du village. Les danses de réjouissances sont aussi l’occasion de renforcer la solidarité entre les lignages et les clans.