7ème Cérémonie d’ hommage à l’ étudiant Habib Dodo

Les militants du Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI), les membres de l’Association Générale des Elèves et Etudiants de Côte d’Ivoire (AGEECI, la jeunesse du PCRCI, étaient tous présent le samedi 23 juillet dernier au GRTO pour rendre hommage pour la 7ème fois à Abib Borice Dodo, assassiné le 23 juin 2004 au campus de Cocody.

C’était un moment rempli de forte émotion le samedi 23 juillet dernier dans les locaux du GRTO à Cocody-Danga. Anciens compagnons de lutte, responsables et militants du Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI), amis, membres de l’Association Générale des Elèves et Etudiants de Côte d’Ivoire (AGEECI), amis, étudiants, etc. ont effectué nombreux le déplacement pour rendre hommage à feu Abib Borice Dodo. Leur camarade de lutte et premier secrétaire général de la jeunesse du PRCI qui a été assassiné le 23 juin 2004 à l’Université de Cocody (actuel université FHB de Cocody). Cette 7ème cérémonie du genre en 12 ans ne pouvait pas ce faire aussi sans la présence des partis frères du PCRCI, du représentant du Parti Communiste du Bénin et des organisations des droits de l’homme.

Avant même le déroulement de ladite cérémonie au GRTO, une gerbe de fleurs a été posée tôt le matin sur la tombe de feu Abib Borice Dodo au cimetière de Williamsville. La plupart de tous ceux qui ont participé à la procession avaient des bandeaux rouges attachés sur la tête. Le président du comité d’organisation, Zobila Koné après les civilités, a martelé pour que « toutes les personnes sensibles à la question de la lutte contre l’impunité des crimes se rencontrent périodiquement pour réclamer en chœur « justice pour Abib Dodo et pour les autres étudiants qui comme lui, ont subi la barbarie ». Par ailleurs une question demeure toujours pour le président du comité d’Organisation. « Nous sommes ici pour nous interroger sur le pourquoi d’un tel acte. Nous interroger surtout sur le mutisme de la justice et exiger avec force que ce crime ne reste pas impuni. Il faut également se mettre ensemble pour trouver les moyens d’accroître la pression afin que les auteurs et commanditaires de ce crime soient attraits devant la justice », dit-il.

Le secrétaire du PCRCI, Ekissi Achy a rappelé la situation sur l’assassinat du camarade Abib Dodo en cette folle journée du mercredi 23 juin 2004. Avant de rappeler les convictions, les idées, l’engagement politique de Abib Dodo. Car ce dernier était un leader charismatique pour la jeunesse du PCRCI et les étudiants de l’AGEECI, parce que c’est lui qui était à la base avec ses camarades à la création de cette autre organisation syndicale sur le campus. Selon lui, Abib Dodo était un élément gênant qu’il fallait éliminer pour les camarades de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI). « Il a été enlevé à son domicile, transporté au campus de Cocody. Sauvagement torturé puis assassiné par une horde de barbares se réclamant de la FESCI. C’était un plan bien concocté pour liquider les jeunes militants communistes pour leur participation active à la création de l’AGEECI », raconte-t-il. La justice ivoirienne pour le secrétaire général de la PCRCI jusqu’à ce jour n’a pas encore fait la lumière sur cette affaire et retrouver les éventuels coupables. Il a également interpellé les pouvoirs publics. « Il faut se retrouver, s’organiser afin d’engager ou d’ouvrir le combat contre l’impunité, pour les libertés et la démocratie. Sans ce combat et son succès, point de souveraineté populaire, point d’émancipation des jeunes, de la société, point de développement économique, social et culturel », poursuit-il.

De plus des témoignages poignants de la part des anciens amis de Abib Dodo, des militants du PRCCI, etc. ont également meublé cet événement. Et une séance de dédicace sur le mémorandum sur l’assassinat de Abib Borice Dodo a eu lieu à la fin, avant l’allocution de clôture du président du comité d’organisation.

Actualité

Facebook