Entrepreneuriat : Sanou Sourou, un exemple à suivre.

 » Se prendre en charge aujourd’hui, garantit un avenir certain « , cette citation pourrait bien s’ appliquer au jeune burkinabé Sanou Sourou qui très tôt a compris que la formation professionnelle est la clé pour les jeunes d’ entrer avec beaucoup d’ assurance dans le monde du travail.

C’ est en 1993 que le jeune Sourou a débuté sa formation en soudure métallique chez un particulier. Ayant compris avant l’ heure que dans le domaine la formation professionnelle, la pratique sur le terrain est plus importante que les cours théoriques, il a préféré travailler en atelier sous la supervision d’ un patron. Cette démarche a été bénéfique d’ autant plus lorsqu’ en 1999 par le biais de l’ Agence Nationale de la Promotion de l’ Emploi ( ANPE ) il bénéficie d’ une formation de trois ans en soudure métallique, Sourou n’ a pas de difficultés pour s’ adapter. Bien au contraire, il maîtrise son sujet. Le stage donc été pour lui une formalité. Désormais avec son diplôme en main il va affronter le cruel marché de l’ emploi. Des différentes expériences acquises en entreprise et auprès de particuliers, notre jeune apprenant décide de les capitaliser en créant  » Métal Sourou «  sa propre entreprise en 2006.

Une expérience difficile dont il s’ en souvient aujourd’hui :  » ça n’ a pas été facile parce que je n’ ai bénéficié d’ aucun soutien de la part des parents ou d’ une quelconque entreprise. J’ ai dû batailler dur pour poser les bases de mon entreprise « . Loin de se décourager, notre désormais jeune entrepreneur se consacre entièrement au travail en espérant tomber sur une bonne opportunité. Son sérieux, sa compétence et son acharnement au travail lui font gagner la confiance des entreprises. La preuve: plusieurs appels d’ offres dans son domaine d’ activité sont remportés par son entreprise. Pour lui c’ est la preuve que son entreprise est digne de confiance car elle exécute les travaux dans les meilleurs délais.

Toute cette détermination est récompensée en 2007 par le Prix National de l’ Excellence du jeune entrepreneur. Cette nouvelle a été accueillie avec beaucoup de joie et de satisfaction pour celui qui rêve d’ être l’ un des meilleurs entrepreneurs de sa génération au Burkina-Faso.

Aujourd’hui à la tête de Métal Sourou, située au secteur 24 à 100 m de la pharmacie Sibiri ( route du Csps ) à Bobodioulasso qui compte 11 apprenants et des stagiaires qui viennent parfaire leurs acquis, Sanou Sourou dit Raymond ne veut pas arrêter en si bon chemin. Même s’ il espère glaner d’ autres lauriers dans son domaine, le projet qui lui tient à cœur en ce moment c’est la construction d’ un centre de formation professionnelle à l’ intention de tous tous ceux qui voudraient bien apprendre ce métier.

Pour cela il compte sur l’ appui de l’ Etat et de certaines institutions financières qui doivent comprendre que l’ avenir de l’ Afrique réside dans l’ entrepreneuriat.  Le seul conseil que le PDG de Métal Sourou prodigue aux jeunes est le suivant :  » Seul le travail paye « . Sans commentaire.