DanseRaum / Une nouvelle direction artistique s’ installe : Ambra Stucchi ouvre le bal !

Et c’ est reparti pour la 5ème édition du festival DanseRaum, programme dédié aux danses urbaines qui réunit sur un même plateau ( Centre culturel allemand ) 8 compagnies de danse. L’ annonce a été faite le lundi dernier devant la presse au centre culturel allemand.

Jenny Mezile et Massidi Adiatou de la compagnie N’Soleh initiateurs du programme en partenariat avec l’ Institut Goethe ont rassuré la presse que la présente édition sera riche en terme de créativité tant les compagnie ont du talent à revendre. La danse urbaine comme à l’ accoutumée sera la thématique autour de laquelle graviront les différentes chorégraphies, ont t-ils fait savoir.

Pour l’ édition-ci, la direction artistique sera assurée par Nina Kipré de la compagnie Tchétché, ont-ils révélé. Prenant la parole, la nouvelle directrice artistique du programme a remercié la compagnie N’ Soleh pour le travail abattu jusque là pour redynamiser  la danse et s’ est félicitée de la confiance placée en elle. En terme d’ innovations pour l’édition 2017, Nina Kipré a assuré vouloir donner l’ occasion aux danses traditionnelles de s’ exprimer en lever de rideau de chaque spectacle avant d’ indiquer que chaque soirée sera un spectacle en lui-même avec des touches artistiques qui plairont sûrement au public. Elle a également pris le pari de faire déplacer massivement le public pour voir les spectacles exécutés par les 8 compagnies en lice.

A l’ endroit des compagnies présentes, la directrice artistique a réitéré sa volonté de faire de DanseRaum une véritable école de la vie qui donnera des armes aux danseurs pour affronter les défis qui se présentent à eux vu que la danse n’ est pas valorisée en Côte d’ Ivoire.

Évoquant le cas des danseurs qui désertent les compagnies lors des spectacles à l’ étranger, l’ oratrice a révélé que cela est symptomatique d’ une politique culturelle en plein balbutiement. Cependant elle reste convaincu qu’ une politique culturelle assez audacieuse pourrait éviter ces genres  de situation.

La programme débutera le vendredi 20 janvier par la prestation de la compagnie Ambra Stucchi avec  » One « , un spectacle de 25 min dont la chorégraphie est signée d’ Ambra Stucchi et de Bacome Niamba. Le spectacle retrace la vie que l’ on parcourt chaque jour. Cette vie faite de rencontres, de partages, d’ amour, de rêve et d’ au revoir. On peut voyager dans la réalité ou avec l’ imagination ; on peut rencontrer beaucoup de monde qui nous aiderons dans ce voyage. Toutefois, il faudra faire le compte avec nous-même, parce que tout au fond de nous, on est  » One « . La compagnie Zégremania prendra le relais par la suite avec  » A qui la faute ? « , un spectacle mélangeant danse et théâtre et entièrement exécuté par des hommes. Il traite des grossesses en milieu. Une fille enceinte est rejetée par tous puis contrainte de se prostituer pour survivre; elle tombera sur un mauvais client… La chorégraphie et la mise en scène sont assurées par José Michael et Yattara Brahima.

Notons que ce programme court jusqu’ au mois d’ avril avec la participation de 6 autres compagnies à savoir Kassoutri, O’ Koul, les génies de Baby, l’ école les pieds dans la mare, Serge et Simon et l’ école Maman Mia. Pour clore la cérémonie, une performance de l’ artiste ivoiro-cap-verdienne Misa portant sur sur la conscience créatrice et comment vivre de lumière a été présentée à travers un élément audio-visuel intitulé  » Misa cœur cosmic « . Un débat enrichissant s’ en est suivi.