Yorobodi

Yorobodi ou si voulez yôrôbédi en d’autres termes « comment est l’endroit » en malinké est une ville située dans la région du Zanzan à l’Est de la Côte d’ivoire. Elle a été érigée en sous préfecture créée en 2005 mais a reçu son premier sous préfet en 2007.

Elle est limitée au Nord par les départements de Dabakala et de Nassian, au sud par kouassi-Datekro à l’Est par sandégué. La superficie de yorobodi n’est pas encore définie compte tenu de sa création récente selon le sous préfet,

Des noms de quartiers particuliers

Yorobodi compte 10000 âmes repartis dans 10 villages dont la ville de .yorobodi elle-même qui est le chef lieu de sous-préfecture et qui compte environ 3000 habitants. En terme de quartiers, on dénombre Koko, poupaoro, macekouna, lalaoro, famiaoro kokoaoro, koukoaoro, tchétchéaoro, famiaoro, limamsora, gbagnasora, saliaoro, lalaoro et enfin nouveau quartier.

Au delà de ces quartiers, on dénombre de grandes cours qui constituent en fait des mini quartiers tant elles sont peuplées. Ce sont en l’occurrence celles du Cheick Mounir Ouattara avec des noms assez évocateurs notamment : Mach Allah (plaise à Dieu), Tawakaltou Allah-lah (j’ai confiance à Allah) Dar –es-Salaam (la cité de la paix) Rahamatoulaye (La Miséricorde)

Toute la ville est islamisée

Une des particularités de la sous préfecture de Yorobodi, au-delà du fait que tout le monde soit OUATTARA réside également au fait que toute la ville est islamisée à part quelques rares fonctionnaire et peut-être quelques allogènes venus travailler dans les champs. Dans tous les cas de figures, ceux-ci se comptent sur les doigts d’une seule main.

Au commencement était m’bemba (grand père) Hidjra

L’islamisation de la ville ne relève pas de nos jours selon les dires du Cheick Mounir et de ses compagnons qui tiennent la version de cette histoire du patriarche Ahounou OUSSOU, mort à 117 ans, il y a de cela très longtemps .Pour eux, Le premier ancêtre du village du nom de Mamoudou est arrivé de l’Arabie : « Nous n’avons pas été convertis, nous sommes arrivés ici avec la religion musulmane.» Mamoudou avait un de ses fils du nom de Ouattara Mory Oumar mais qui était appelé bemba Hidjra à cause de sa foi et de sa pratique de l’islam qui a beaucoup contribué à répandre cette religion dans la région. Sur son parcours, ce dernier faisait beaucoup d’adeptes partout où il passait. Il faut signaler que les régions voisines comptaient beaucoup d’animistes qui ont embrassé la religion musulmane. C’est ce dernier qui a construit la première mosquée de Yorobodi.

M’Bemba Hidjra effectue le Hadj à pied

Bemba Hidjra a effectué le pèlerinage de Yorobodi à la Mecque à Pieds. Ce dernier selon les renseignements que nous avons recueillis a rencontré sur son chemin Samory TOURE, grand conquérant d’alors. C’était en 1892. Il aurait signé un pacte avec ce dernier, de sorte que, trois ans après, soit en 1895, après avoir détruit Kong, Samory TOURE a épargné le village de Yorobodi qu’il a traversé en direction du Ghana voisin alors qu’il était poursuivi par les Français La pierre où a eu lieu l’entrevue entre les deux personnes, existe encore dans la cour de la mosquée.

L’islam a beaucoup influencé la région si bien qu’on se croirait dans une République islamique: «Ce n’est pas le cas, mais nous sommes très strictes sur le respect des lois islamiques du moins pour nos enfants » nous dit un des talibés du Cheick Mounir Ouattara.

De manière concrète, la ville compte trois mosquées dont une de vendredi en plus des lieux de prières qu’on rencontre dans de nombreuses cours.

L’imama: une fonction bien organisée

L’imamat est bien organisé et on est imam par rapport à une lignée. Le grand imam de Yorobodi depuis 12 ans se nomme El Hadj BORBA 65 ans. Il a succédé à El hadj Youssouf décédé. Ce dernier marié à quatre épouses est père de 20 enfants Il a passé 15 années d’études à Yorobodi. Son adjoint direct depuis 12 ans, El hadj Ousmane, qui a également effectué toutes ses études à Yorobodi. Ce dernier est également marié à 4 femmes et a 26 Enfants. Le troisième imam du nom d’el hadj Moctar, est âgé de 56 ans, marié à 3 femmes est père de 20 enfants. Tous Les trois ont effectué leurs études chez karamoko Mahama

On ne boit pas, on ne fume pas, on ne commet pas la fornication

A Yorobodi, on ne fume pas, on ne boit pas en ce qui concerne les enfants du village et la discipline sexuelle est très stricte. Gare donc à la jeune fille qui n’est pas retrouvée vierge après sa nuit de noce. Elle reçoit 100 coups de fouets de même que le responsable de l’acte. Pour éviter tous ces dérapages, on marie les filles à partir de 14 ans, et il est rare de voir des filles de 16 ans célibataires. Quant aux garçons, l’âge moyen de mariage est de 20 ans. De même, toutes les natives de Yorobodi portent le voile ou à défaut le foulard dès qu’elles ont atteint la puberté.

Une école coranique moderne de 12 classes

A Yorobodi l’islam est si fortement implanté que cas pratiquement unique dans le pays, l’école primaire publique compte 6 classes avec au plus 300 élèves alors que l’école coranique en compte 12 avec 600 élèves et des bâtiments construits en dur, dans les normes exigées par l’éducation nationale. Tous les cours se font en arabe et les élèves y passent le BEPC, et le Baccalauréat en arabe.

kemebrama@hotmail.com
Source: plumelibre.net