La commune de Cocody

Comme toutes les commune de Côte d’Ivoire, la commune de Cocody a sa petite histoire.

En effet, l’histoire nous a appris que la commune de Cocody tirerait sa dénominations de certaine déformation linguistique telle que, « coli » qui signifierait petit bourg ou encore « cocoli » qui serait le nom du génie protecteur des Tchaman, et premier occupants de cette cité. C’est en 1980, à la faveur de la loi n° 80-1180 du 17 Octobre 1980 portant division de la ville d’ Abidjan en 1 commune que Cocody sera érigé en commune de plein exercice. Avant cette date, Cocody était rattaché à la délégation communale d’Adjamé.

Cocody est l’une des communes d’ Abidjan les moins peuplé selon le recensement de 1998. Selon le recensement de 1998, la commune de Cocody a une population estimée à 250 000 habitants. Mais il faut noter qu’avec la crise socio politique de 2002 avec une migration accru des populations des zones Nord Centre et Ouest, ce chiffre n’est plus d’actualité. Nous notons que notre commune est l’une des plus peuplé de la ville d’Abidjan (environ 70 000 étudiants)*. Si nous tenons compte de la population telle qu’estimée au recensement de 1998, nous voyons que cette population estudiantine représenterait les 1/3 de la population totale de la commune de Cocody. C’est vu cela que nous axerons le reste de notre travail sur cette population qui est en même temps notre cible vu le caractère particulier de notre institution d’accueille. Cette population estudiantine est pour la majorité concentrée dans les quatre plus importantes cités que compte la commune de Cocody, c’est-à-dire la cité Campus, la cité Mermoz, la cité Rouge et la cité de la Riviera II. Nous avons noté que cette population estudiantine est assez composite et l’un de ces groupes a attiré notre attention. C’est la population des étudiants handicapés physiques. Leur population est estimée à environ 600 individus. Du fait des difficultés de déplacement à Abidjan, et avec l’aide du CROU-A, la moitié de ces étudiants vivent dans les cités de Cocody. Ces étudiants sont regroupés au sein du Groupement pour l’Insertion des Etudiants Handicapés Physiques de Côte d’Ivoire GIEHP-CI. Ils sont au sein de ce groupement encadré et soutenu par le CROU-A à travers son service social.

La commune de Cocody a fait sa renommé à travers ses nombreuses villas et immeuble de haut standing. Mais à côté de ce luxe, nous notons la présence d’un autre type d’habitat qui à cause de la population qu’elle concentre, a attiré notre attention. Il s’agit des résidences universitaires. Dans ces immeubles, on trouve deux types d’habitats : ce sont les chambres à deux lit appelées chambres doubles et des chambres à un lit appelé chambres individuelles. Mais avec la recrudescence de la pauvreté et ses corollaires, un autre type d’habitation a vu le jour dans la commune de Cocody. Chose qui contraste avec sa renommé d’antan. Il s’agit des habitats précaires. Ces habitats précaires sont occupés pour la plupart par les ressortissants étrangers qui sont pour la plupart les employés des résidences de haut standing. Mais de plus en plus on y trouve des Ivoiriens et même des étudiants. Toutes ces personnes vivent dans ces quartiers pour diverses raisons. D’autres pour se rapprocher de leur lieu de travail, pour amortir les charges de loyer souvent hors de porté de démunis. Pour les étudiants, c’est souvent par faute de tuteur à Abidjan et surtout, du fait qu’obtenir une chambre sur nos cités universitaires relève de plus en plus du hasard bien heureux. Seulement le dénominateur commun à tout cela est que chacun y trouve son compte vu les difficultés financières du moment.

Aussi, la commune de Cocody regorge d’importantes infrastructures tant économiques, socio-éducatives, administratives et politiques. L’Administration est représenté au haut niveau par la mairie qui veille au bien être de la population. Elle est également représentée par un ensemble de direction et des différents bureaux et agences de représentation. Ainsi, Cocody abrite en son sein des services tel que : les services de la SODECI, CIE, des compagnies de téléphonies fixes et mobiles, des centres commerciaux, un grand marché qui malheureusement a brûlé en Juin 2007. S’agissant des compagnies de téléphonies mobiles, nous pensons qu’il est important de signaler leur importance dans la commune de Cocody vu leur rôle au sein de notre population cible. En effet, les compagnies de téléphonies mobiles offrent de mini emploi à notre population cible. Car l’obtention de la bourse académique relevant encore du hasard bien heureux, la gérance des cabines de téléphonies mobiles remplacent la bourse. Nous trouvons aussi à Cocody, plusieurs stations d’essence qui assurent la fourniture en carburant. Quant aux établissement financiers, ils sont largement représentés par les banques et autres agences de micro épargnes et de crédits. Ce sont : la SGBCI, la BIAO, la BICICI, la SIB, le Versus Banque, la CECP, la COOPEC auxquelles s’ajoutent de petites agences d’épargnes et de crédits. Les maisons d’assurances font partir également du vaste réseau économique. Il faut noter que Cocody ne dispose d’aucunes usines de traitements ou de transformation. C’est juste une cité résidentielle.

La santé dans notre commune d’accueil est assurée par les centres de santé et autres formations sanitaires. Mais la plus importante d’eux tous, est le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Cocody qui, a une renommée nationale et même sous régionale.

A côté de tous ces acquis, il faut relever que la commune de Cocody n’a pas été délaissée par les dirigeants du pays quant au volet éducation. En 2000 déjà, on décomptait la présence 93 infrastructures éducatives à Cocody, repartit comme suivant :

– Préscolaire : 26 ;
– Primaire : 29 ;
– Lycées et collèges : 11
– 16 grandes écoles et universités.

Il faut relever encore que ces chiffres ne sont plus d’actualités car, biens d’écoles et universités privées ont vu le jour depuis cette date.

Pour la pratique du sport, Cocody n’a encore rien à envier aux autres communes. A Cocody, nous avons ; les centres culturels espagnols, américains, l’Institut Goethe, des cinémas (Ivoire, Fontaines), des aires de jeux, des aires de sport (Ivoire golf club, le complexe sportif du campus de Cocody).

Les partis politiques les plus importants du pays ont leur siège social ou une représentation à Cocody. On y compte des commissariats et des brigades de gendarmerie qui assurent tant bien que mal la sécurité des populations. Les religieuses y ont aussi des temples, et autres lieux de prières de grandes envergures.

Historique de Cocody

Cocody est une commune du département d’Abidjan située dans Abidjan nord. Commune résidentielle, cet espace est connu pour la richesse de ses habitants et l’architecture de ses maisons dont de nombreuses sont construites dans un style dit « colonial ». Les classes les plus aisées de la société ivoirienne, autant que la plupart des expatriés et des diplomates en font leur résidence de choix.

Cocody par déformation de Cocoly à l’origine, était une délégation comme les autres communes d’Abidjan.
Né à partir d’un petit village qui était situé à l’emplacement du stade Géo-André, actuel stade Félix Houphouët-Boigny. Cocody était habité par les autochtones Ebriés autrefois appelés « Tchamans ».

Les Tchamans étaient répartis en onze fratries regroupées en six groupes ou « goto » dont : les Bidjans, les Djédo, les Gnagon, les Kowês et les Noutoua.

Cocody est l’un des tous premiers villages d’Abidjan. C’est suite à une bagarre entre les « tchamans », que sept villages se sont constitués.

Blockauss, autrefois appelé Anokouaté, servait soit d’intermédiaire entre certains villages en litige.

Cocody s’est vu petit à petit rapproché de Blockauss à la faveur de l’essor économique de 1905. Ce qui l’emmène sur les sites actuels de la Polyclinique Ste Anne-Marie. En 1929, les sites de la savonnerie Blohorn l’entraînent au pied de l’Hôtel Ivoire non loin du village de Blochausso, actuel Blockauss.

Cocody doit son essor économique à Abidjan alors érigée en capitale en 1934.

En 1960, Cocody réalise ses premières constructions. Ce sont les 160 logements, dans le souci de loger tous les agents de l’Etat.
29 ans plus tard, Cocody voit la naissance du nouveau quartier appelé Angré.

Le 17 août 1980, Cocody est érigé en commune avec l’élection d’un maire par les conseillers municipaux. Dès lors, quatre (4) villages faisant autrefois partie de la sous-préfecture de Bingerville se rattachent à la commune. Ce sont Anono, M’pouto, M’badon et Akouédo.