Le département de Bangolo

La population est essentiellement constituée d’autochtones Wê, appelés communément Guéré, ainsi que d’allochtones venus d’autres régions du pays, pour exercer notamment l’agriculture dans cette forte zone forestière. A Bangolo réside également une forte communauté étrangère résidant pour la majorité dans la campagne.

L’activité principale de la population est l’agriculture, principalement la culture du riz, de la banane plantain, et aussi des principales cultures de rente que sont le café et le cacao. Selon la direction départementale de l’Agriculture, pendant la dernière traite agricole, la production en fèves de cacao s’élevait à 35 000 tonnes et 2 500 tonnes pour le café. Pour l’acheminement de cette production vers le chef-lieu de département, les paysans de Bangolo sont confrontés à des difficultés liées à l’état des routes et à l’insécurité.

L’agriculture n’est pas seule productrice de richesses à Bangolo. Les experts en ressources minières estiment que le département serait également riche en fer. Ce qui a suscité l’intérêt de la société indienne Tata Steel. Depuis plus de deux ans, elle a donc signé un accord de partenariat avec la Société pour le développement minier de la Côte d’Ivoire (SODEMI) pour l’exploration de la zone du mont Gao, qui englobe les sous-préfectures de Bangolo, Zéo et Zou.

Le département de Bangolo est limité à l’Est par ceux de Daloa et Vavoua, au Sud par Duékoué et Guiglo, à l’Ouest par Danané et au Nord par Man et Kouibly.