La ville de Tabou

Le département comprend deux sous-préfectures: Tabou et Grabo, qui ont été érigées en communes respectivement en 1985 et en 1995. Tabou est situé à 443 km d’Abidjan, 537 de Yamoussoukro, à 100 km de San-Pedro et à 20 km du Liberia. C’est l’une des plus belles cités de la bande côtière de la Côte d’Ivoire.

Elle a pour principaux cours d’eau : le Cavally, le Tabou, le Nidja, le Hana, etc. Comme végétation, une forte domination de la forêt de type équatoriale avec des forêts classées comme le Parc national de Taï, la forêt de la haute Dodo. Le relief est dominé par des plaines qui s’étendent entre de nombreuses collines dont la plus élevée est le mont « Kopé », la faune est variée avec le parc National de Taï, patrimoine mondial, abrite de nombreuses espèces: éléphants, buffles, antilopes, biches, phacochères, singes etc.

Voie Routière. Un réseau routier national et international reliant les différentes grandes villes de la Cote d’Ivoire à Tabou en allant jusqu’à la frontière Ouest avec le Liberia. La voie Aérienne est la moins exploitée et à besoin d’une bonne politique de développement. Un aérodrome permet de s’y rendre par les airs. La voie maritime est le point de connexion historique, touristique, économique de la ville avec le reste du pays et le monde entier grâce à son réseau fluvial et sa belle façade maritime débouchant sur l’Océan Atlantique.

Historique
Les populations autochtones du département de Tabou sont des descendants de « Kla », originaires d’un sous groupe ethnique, les « Krao », connus dans la partie orientale du Liberia. Ce sont donc des Klapo c’est à dire les enfants de «Kla», qui ont émigré par petits groupes vers l’Océan Atlantique, à la suite des guerres hégémoniques que se sont livrées les royaumes du Soudan au 12eme siècle, au nord de la Côte d’Ivoire.
Par la suite, les Klapo ont pris la dénomination de « Kroumen » par extrapolation de l’expression anglaise « Crew men » ou hommes d’équipage», en rapport avec les premiers équipages » que le capitaine KRUX avait embarqué sur sa caravelle au 17ème siècle.

SIituation économique
A l’instar des grandes villes du littoral côtier, la ville de Tabou vie essentiellement des activités directes et indirectes en rapport avec l’océan, l’agriculture et le commerce. Ainsi, la pêche, le commerce, les cultures de rente: palmier à huile, café-cacao, bois et les cultures vivrières sont le « fer de lance » de l’économie sans oublier le tourisme qui apportent un peu d’air aux finances et aux populations.

Evénements culturels
La ville ne possède pas de réels événements culturels précis mais plutôt des événements ponctuels organisés selon les besoins et les urgences du moment : les fêtes national, ethnique, mariage et les festivités artistiques.

La cérémonie pour souhaiter la bienvenue aux étrangers en offrant de la noix de cola à croquer accompagné de piment en poudre, le « KLE » qui est une danse de démonstration de scènes de guerre ainsi que le « BOYE » et le « WESSE » qui sont des danses de réjouissances

Le peuple Kroumen a été énormément influencé par la culture Européenne à cause de la navigation qui s’est pratiquée. Les traces de la civilisation anglo-saxonne et françaises sont visibles aujourd’hui à travers la danse Bollo, la fanfare et certaines habitudes vestimentaires comme la jupe écossaise. Toutefois, les coutumes ancestrales ont pu être préservées et dynamisées comme le témoigne la cérémonie d’offrande de la cola pour souhaiter la bienvenue aux étrangers, le « KLE » qui est une danse de démonstration de scènes de guerre ainsi que le « BOYE » et le « WESSE » qui sont des danses de réjouissances.

Les peuples
la populations autochtone du département de Tabou sont des descendants de « Kla », originaires d’un sous groupe ethnique, les « Krao », connus dans la partie orientale du Liberia. Ce sont donc des Klapo c’est à dire les enfants de « Kla », qui ont émigré par petits groupes vers l’Océan Atlantique, à la suite des guerres hégémoniques que se sont livrées les royaumes du Soudan au 12eme siècle, au nord de la Côte d’Ivoire.

Par la suite, les Klapo ont pris la dénomination de « Kroumen » par extrapolation de l’expression anglaise « Crew men » ou hommes d’équipage», en rapport avec les premiers équipages » que le capitaine KRUX avait embarqué sur sa caravelle au 17ème siècle. C’est un peuple très social et pacifique qui est très attaché à sa culture de paix et de bon voisinage avec les autres peuples.

Au niveau des croyances, une grande partie de la population, notamment dans le milieu rural, est demeurée animiste. Le reste s’est convertie au christianisme (le catholicisme surtout, mais également le protestantisme et les cultes syncrétiques). L’Islam est pratiqué essentiellement par les populations venues du nord du pays; ce sont en général des commerçants ou Dioula.