A la découverte de Daoukro

Ainsi, la région de Daoukro s’est peuplée progressivement entre le XVIII (18) ème et le XIX (19) ème siècle à la suite des ambitions d’ordre sociologique, politique et économique de certains chefs ou guerriers charismatiques.

Arrivés par vagues successives les uns après les autres, ces peuples se sont rués sur les terres pour exercer des activités économiques.

Plusieurs peuples cohabitent dans le terroir traditionnel du département de Daoukro.

Qui sont donc les occupants traditionnels du département de Daoukro?
Ce sont les Baoulés Agba, sujets du Roi Sales Gbalé, installés dans la région de Bocanda qui venaient extraire cet or par groupes d’expédition.

L’un des lieutenants du Roi Salè-gbalé, Kongo Lagou, lors d’une expédition, choisit de s’établir dans un campement qui portera son nom Lagoukro, devenu par déformation Daoukro, actuel Chef-lieu du Département.

Quant au peuple Ouellé, l’autre composante de la population, il est venu de Oulèbo, après l’exode de la Reine Pokou, pour s’installer dans le Département.

La richesse su sous-sol, la forêt giboyeuse et la générosité de son fondateur lui révéleront un rôle de rassembleur et favoriseront son peuplement.

Identification Historico-Ethnique des occupants du département
Le Département de Daoukro a été créé en 1985 par le décret n°85-1086 du 17 Octobre 1985, suite à l’éclatement de celui de Dimbokro, qui le subdivise en trois (3) Sous-Préfectures. Sa superficie est de 3.619 km2 pour une population estimée à 112.188 habitants (RGPH 1998).

Population
Le Département de Daoukro est peuplé par les tribus suivantes : Agba, Nambè, Bèli, Ahali, N’gbobo, Adjé, Akpèssé, Namin, Agni-Abbey et N’djé. Ces tribus constituent la population autochtone composée de Baoulé et d’Agni-Abbey. Mais on enregistre aussi la présence d’allochtones dans les villes et dans les zones forestières.
On dénombre également la présence d’étrangers, ressortissants de toute la CEDEAO : Bénin, Burkina-Faso, Mali, Togo, Nigeria, Ghana, Sénégal, Guinée et de la Mauritanie.

Le Recensement Général de la Population et de l’Habitation de 1998 a estimé la population du Département à 112.188 habitants (56.052 hommes pour 56.136 femmes) pour une superficie de 3.619 km2, soit une densité de 30 habitants/km2.

La répartition de la population par Sous-Préfectures est la suivante :
– Sous-Préfecture de Daoukro : 58.875 habitants
– Sous-Préfecture de Ouellé : 31.456 habitants
– Sous-Préfecture d’Ettrokro : 21.857 habitants

Situation géographique
Situé au centre Est de la Côte d’Ivoire plus précisément dans la région du N’zi- Comoé, le Département de Daoukro est limité :
– au Nord, par le Département de M’Bahiakro
– au Sud, par le Département de Bongouanou
– à l’Est par le fleuve Comoé qui lui sert de limite naturelle avec les Départements d’Abengourou, d’Agnibilékro et de Tanda.
– A l’Ouest, par le Département de Bocanda.

Quant à la ville de Daoukro, Chef-lieu de Département, elle est située respectivement à :
– 120 Km de Dimbokro, son Chef-lieu de Région
– 208 Km de Yamoussoukro, la capitale politique
– 235km d’Abidjan, la capitale économique
– 168 Km de Bouaké
– 163 Km d’Abengourou

Relief
Le relief du Département de Daoukro est constitué de plateaux de basses altitudes oscillant entre 120m et 500m.
Il est peu accidenté dans son ensemble et les bas plateaux sont interrompus par des petites vallées. Les pentes sont faibles, ne dépassant guère 10% ; ce qui rend le territoire départemental facilement accessible.

Climat
Le climat du Département de Daoukro est de type Baouléen.
Il est chaud et humide et alterne quatre (4) saisons reparties comme suite :
Deux (2) saisons de pluies et deux (2) saisons sèches.
La grande saison des pluies s’étend de mars à la mi-juillet pour faire place à la petite saison sèche de juillet à août.
La petite saison des pluies dure de septembre à octobre.
Quant à la grande saison sèche, elle commence en novembre pour prendre fin en mars, entrecoupée par une période instable d’harmattan.

Hydrographie
Le Département de Daoukro est traversé par les fleuves Comoé et N’zi. A l’exception de ces deux cours d’eau qui ont un régime permanent, les autres cours d’eau sont saisonniers.
A ceux-ci, s’ajoutent des rivières importantes telles le Yfou, le N’zuékpli, la Baya et la Soungourou qui tarissent en période de sécheresse.

Végétation
Se trouvant dans une zone de transition entre la savane et la forêt, le Département de Daoukro bénéficie de deux (2) types de végétations, à savoir :
– la savane herbeuse à l’Ouest du Département
– la forêt dégradée à l’Est, au Nord et au Sud du Département.