La commune de Niellé

Niellé est une ville et sous-préfecture du nord de la Côte d’Ivoire dans le département de Ouangolodougou dans la région du TCHOLOGO.
Cette ville est située à 100 km de Ferkessédougou, à 700 km d’Abidjan et à 30 km de la frontière avec le Mali.

Le nom Niellé signifie cloche en Sénoufo. Elle a été fondée par trois chasseurs (KOSSA, SOUNGALO ET NAMAN), qui attachaient des cloches aux arbres de baobab.

Ceci leurs permettaient de s’orienter lorsque ces cloches étaient agitées par le vent. C’est ainsi qu’ils ont décidé de fonder un village dans cette zone de chasse et le nommer « n’guélé » qui est la prononciation originale.

La mairie de NIELLE à été créée par la loi Numéro 85-1085 du 17 octobre 1985 ,et a ouvert ses portes le 05-avril 1986.

Niellé est Située dans le département de Ouangolodougou, la sous-préfecture de Niellé a été créée par le décret No 69-558 du 22 Décembre 1969. Elle a été officiellement ouverte le 13 Avril 1974.

Elle est limitée au nord par la sous-préfecture de Toumoukoro, à l’ouest et au sud par la sous-préfecture de Diawala et le département de M’bengué à l’ouest.

Elle couvre une superficie de 8000 km² pour une population de 22.700 habitants. Le chef lieu de sous-préfecture est à 60km du chef lieu de préfecture.

La population est composée de Sénoufos (Tiébara) qui constituent la majorité de la population avec une minorité de Malinkés repartis dans seulement deux villages sur les 13 que compte la sous-préfecture. L’Islam est la religion dominante…

C’est une population paysanne. On y cultive du vivrier (riz, maïs…) et essentiellement du coton avec l’implantation de deux grandes sociétés cotonnières: Ivoire Coton et la Compagnie Ivoirienne de Coton (COIC).

La sous-préfecture dispose d’un centre de santé qui se trouve au chef-lieu de sous-préfecture. Il existe aussi des cases de santé qui doivent être transformées en dispensaires.

Niellé compte un lycée municipal de base 4, et un collège privé en création. L’on compte huit écoles primaires qui fonctionnent dans toute la sous-préfecture. Sept demandes de création d’écoles sont formulées et non encore satisfaites.

Dans le domaine de la voirie, la seule fierté de la sous-préfecture est la voie internationale en direction du Mali qui traverse la ville de Niellé. Les autres routes ne sont que des pistes villageoises dégradées. L’axe Niellé – M’bengué est le seul praticable.
En matière téléphonique, le fixe ne fonctionne pas depuis la crise de 2002. Seulement deux réseaux de téléphonie mobile desservent la sous-préfecture.

Le réseau électrique est insuffisant. Sur les 14 localités que compte la sous-préfecture, seules deux sont électrifiées, à savoir Niellé et Gnangbarasso.

L’eau est approvisionnée par la SODECI seulement à Niellé. Des travaux d’extension du réseau sont en cours pour étendre le réseau de distribution d’eau à partit du château d’eau. Dans les villages, il y a des pompes villageoises qui sont en nombre insuffisant; pas d’hydraulique villageoise améliorée (HVA). La population est en attente de 141 pompes.

La ville de Niellé dispose d’un terrain de football, d’une radio de proximité, d’un centre culturel et d’un centre de lecture et d’animation culturelle (CLAC). Il existe aussi un centre touristique pas très fréquenté: la vielle mosquée de Gnangbarasso datant du 18e siècle.
La seule aspiration de la population de Niellé étant le chef-lieu de canton à l’instar de ceux de Korhogo et de Ferkessédougou, les populations expriment le besoin de voir leur localité érigée en chef-lieu de département.