Bako

Bako est une ville de Côte d’Ivoire située au Nord-ouest.Elle fait frontière à l’ouest avec Bougousso,à l’est avec Dioulatiédougou,au nord avec Odienné, et au sud avec Borotou. Elle fait partie de la région du Kabadougou et est rattachée au chef-lieu de département d’Odienné.

– Atouts économiques et industriels : Cette commune est la porte d’entrée de la région du Kabadougou d’autant plus qu’elle est située à 41 kilomètres d’Odienné sur l’axe Touba-Odienné. La population vit principalement de la production de coton, de l’anacarde, de maïs, de l’igname, du riz, la patate et de l’élevage

Présentation générale
– Commune de Bako
– Région du Kabadougou
– Population: 5 964 habitants. (1998)
– Superficie: 314 km2
-Les villages : Bako, Tchigéla, Linguesso, Mohia1, Bohisso, Sarakorodougou, Tomba et Mindiadougou

Historique
Les populations de la commune de Bako sont d’ethnie Malinké, communément appelée « dioula ».Elles font partie du canton Sienko. Il est à noter que certains villages de la commune n’étaient pas à l’origine situés sur leur site actuel. A titre d’exemple, on a :

– le village de Linguesso appelé auparavant Gloklozo, et créé par le patriarche Tièninguè, se trouvait entre le site actuel et le village de Fassoronzo ;

– le village de Tchigbela est sur un site qui, initialement, appartenait au canton Bambala. Les fondateurs de Tchigbela et de Bohisso ont pour mère une femme originaire de Linguesso et pour père un ressortissant de Komandougou (République de Guinée) ;

– le village de Mohia-1, après avoir été refusé par le canton Gbanangala, a été accepté et installé par Bako. Ajoutons que les ressortissants de Mohia-1 sont venus de Beila (République de Guinée).
Le peuplement du canton Sienko s’est fait de façon progressive. La première vague, constituée des Bamba, est venue de Djémou (République de Guinée) et s’est installée à Tomba.

Après l’installation de Tomba, on enregistra dans le canton l’arrivée du patriarche Tiènonan encore appelé Mianonan dont l’histoire est intrinsèquement liée à la création du village de Bako, aujourd’hui chef-lieu de la Commune. Ce dernier venait de la Guinée via le village de Touronny. Il créa son campement (Nonadougou) au nord de la rivière Wossa, cours d’eau non loin de l’actuelle auberge de Bako.Une autre vague est venue de San, localité située dans l’actuelle République du Mali. Le groupe, constitué des frères Koné (Tièzié, Tiètou etTiègbon), s’est installé d’abord à Goulia. A la suite d’une dispute, Tièzié très fâché, décide de manger le singe noir (totem familial), rompant ainsi les amarres avec ses frères. Ceux-ci se disloquent alors dans plusieurs localités.

Les enfants du patriarche Tiézié retenus par l’histoire, se présentent dans l’ordre ci-après :

1. Tièkrou (Mianfakrou). Il créa Bogodougousso qui devint Korondougou. Ses descendants créèrent les villages de Sarakorodougou, Mindiadougou et Gondiédougou.

2. Tièninguè (Mianinguè). Il créa Gloklozo qui devint Linguesso. Ses descendants créèrent le village de Niénesso appelé auparavant Zandougou.

3. Tiékessé(Miankessé). Il est resté à M’basso. Toutefois il a créé un petit campement à côté de ce village, appelé kogolo. Plus tard, il va déménager à Bako auprès de son frère Tièzangbè.

4. Tiézangbè(Mianzangbè). C’est l’ancêtre fondateur du village de Bako.

Economie
– Banque: il n’existe aucune banque sur le territoire communal.

– Commerce: au plan commercial, la ville de Bako possède une grande boutique et trois autres de petites tailles. Dans chaque village de la commune, on trouve une boutique de taille moyenne. Par ailleurs il existe un marché situé en face de la Mairie où les échanges entre les populations ont lieu chaque vendredi.

– Secteur primaire : L’essentiel des activités sont l’agriculture et l’élevage.
Les cultures agricoles cultivées sont l’anacarde, le coton, le maïs, l’igname, le riz le piment, l’oignon, le gombo, l’aubergine etc. Quant à l’élevage, il est traditionnel et se pratique par famille. Il s’agit de l’élevage des bovins, des caprins, et des volailles.

-Secteur secondaire et secteur tertiaire : dans ces deux secteurs il n y a pas d’usines ni d’activités artisanales.

Villes / Villages

Voir tous