Région du Béré

La région du Béré est située au Centre Nord de la Côte d’Ivoire à 520 km d’Abidjan. Elle est limitée au Nord par les régions de la Bagoué et du Poro, au Sud par les régions du Gbêkê, de la Marahoué et du Haut Sassandra, à l’Est par la région du Hambol et à l’Ouest par la région du Worodougou.

La région du Béré a une population estimée à 150 759 habitants (RGPH 2014), avec une superficie de 13 293 km2 et un réseau routier de 4 367 km. Elle compte trois (03) départements :

– Mankono (chef lieu);
– Dianra;
– Kounahiri.

On note également neuf (09) Sous préfectures (Tiéningboué, Bouan-dougou, Dianra-Village, Marandallah, Sarhala, Kongasso) et six (06) Communes (Mankono, Dianra, Kounahiri, Tiéningboué, Sarhala et Kongasso) et cinq cent soixante et un (561) villages.

I- Potentialités économiques

La région du Béré regorge d’énormes potentialités.

I.1- Des ressources minières variées

La carte métallogénique régionale, selon la société de Développement des Mines (SODEMI), nous indique la présence en quantité importante de différents types de minerais tels que l’Or, le Diamant, le Tungstène, le Cuivre, le Graphite, le Nickel, le Manganèse, le Chrome, le Baryum, le Lithium, le Thorium, les Roches et les Graviers.

I.2- Des potentialités agro-pastorales immenses

La carte des productions agricoles et animales, selon le Ministère de l’Agriculture et celui de la production animale, nous indique une intense activité agricole et pastorale. Il s’agit des cultures telles que le coton, le riz, l’igname et les produits maraîchers pour l’agriculture. Pour la production animale, il s’agit de l’élévage de : Bovins, Ovins, Caprins, Volailles, Bovins sélectionnés. Les populations s’adonnent aussi à la Pisciculture et à l’Apiculture.

I.3- Acquis et potentiel de l’élevage dans le Béré

Superficies disponibles aménageables : 50 000 hectares.

I.4- Des richesses artisanales diversifiées

Les œuvres artisanales régionales sont les fruits des créations manuelles exploitant les ressources naturelles locales (végétation, argiles, fer) à partir d’un savoir-faire transmis de génération en génération par les traditions : les tisserands, les sculpteurs (masques, statuettes, roches ornementales), les forgerons, les potières, les ferronniers etc.

I.5- Un potentiel touristique et culturel

La région du Béré regorge d’atouts et de curiosités touristiques spécifiques et uniques fournies par la diversité des traditions culturelles et de la nature. Ce sont : la lutte traditionnelle, la colline du test de grossesse, la cérémonie de mariage collectif, les villages de tisserands et de teinturiers, le cimetière des chiens. Les sources d’eau de Tonuho (Glissade) et Kawakouho, le Tchon ou le jeu annuel. Les masques : Goli, Flali, Djodjan et le Doh. La danse rituelle :Kroubi;
Les danses de réjouissance : Sadjo, Copé et Yagba. Les danses réservées aux grandes cérémonies (décès d’un chef, réception d’une autorité) : N’gbeffé.

II- Vision, Ambition et politique de développement

La question du développement du Béré constitue une équation existentielle qui taraude sans répit l’esprit des Elus. Issue du dernier découpage administratif initié par le gouvernement ivoirien, dans le cadre de sa politique de décentralisation, la région du Béré est une région « d’urgence extrême » où tout est priorité en matière de développement. L’enclavement total de la région du Béré du fait du manque absolu d’infrastructures routières; le taux de couverture par le réseau national d’électricité très faible; l’absence de projet de développement d’envergure depuis des lustres font de cette région du Nord « l’oubliée de la république » (inexistence d’établissements financiers, de réceptifs hôteliers de qualité et de tribunal de 1ère instance).

Que faire face à un tel tableau ?
La vision, les ambitions, la politique de développement trouvent là leur légitimité.
Les indicateurs sociaux de base de la région du Béré étant au rouge, cette situation de profonde léthargie a un impact négatif sur la vie des populations.
La pauvreté et la misère sont endémiques, les jeunes sont otages d’une oisiveté quasi permanente, les femmes naviguent pratiquement à vue et les potentialités de cette région restent mal exploitées. Sensible à tant de souffrances, le Président légitimé par la confiance des populations s’est engagé à les soulager.
Tout ce qui sera entrepris dans le cadre de la reconstruction du Béré est perçu par l’agent de développement qu’est comme un impératif catégorique.

C’est pourquoi, persuadé de la pertinence de cet idéal il lui a paru opportun d’engager avec l’équipe qui l’entoure une réflexion profonde et jeter un regard diagnostic sur la région, pour en extraire les forces et les faiblesses.
L’exploitation des résultats dudit regard diagnostic lui a permis d’asseoir de nouvelles stratégies d’approche et de proposer des solutions correctives idoines, au bénéfice de nos populations. Ces solutions s’articulent essentiellement autour d’un projet de société dont l’épine dorsale se décline en quatre (04) objets.

1- Le rassemblement
Le rassemblement est la boussole de sa politique. Il veut faire de la diversité culturelle du Béré (politique, religieuse, sociologique etc.) un atout majeur.

2- Le développement
Le développement est la réponse à la situation chaotique de la région du Béré. Il devient de facto un défi majeur et même une urgence qui nécessite la mise en place de stratégies sectorielles de développement :

– le développement de l’entreprenariat social (jardin vert…);
– construction, réhabilitation, aménagement et équipement d’infrastructures diverses;
– le pilotage et le financement de projets en vue de créer des emplois, faire reculer la pauvreté et installer la sécurité.

3-La bonne gouvernance

L’état de délabrement achevé de la région du Béré a pour cause (entre autres) la gouvernance. Cette problématique passe nécessairement par la conception d’une politique de gouvernance locale dans notre région. Cela signifie l’intégration et la prise en compte absolue d’axes majeurs que sont :

– la dégradation de la qualité de la vie;
– la valorisation des potentialités de la région;
– l’implication de toutes les couches socio-économiques;
– la qualité des animateurs des stratégies choisies;
– la pertinence des politiques de développement.

4- La promotion humaine

Elle est l’autre appellation du développement social qui englobe la santé, l’éducation, les infrastructures etc.

La qualité et l’efficacité du développement social d’une région, s’apprécie à travers l’organisation et l’opérationnalisation des campagnes de sensibilisation, de restitution, de promotion et de communication des actions engagées au profit des populations. Telle est décrite sommairement la vision du Président du Conseil Régional du Béré.

III- Des projets de la région

III.1- Secteur Agro-pastoral

– Immatriculation des terres rurales;
– création de Parcs de nuit : espace aménagé pour le bétail;
– création de centres de sevrage;
– création de pâturages;
– création de boucheries modernes;
– amélioration de l’état des pistes;
– aménagement d’infrastructures hydro-agricoles et hydro-pastorales (mini-barrages);
– exécution d’un programme de productions agricoles irriguées intensives dans le vivrier (riz, mais, maraîchers);
– construction de centres de collecte et de groupages des produits vivriers et d’élevage;
– renforcement des capacités infrastructurelles et opérationnelles des sociétés coopératives régionales;
– dynamisation du Ranch de la Marahoué;
– création de sept (07) Ranchs modernes de dimension moyenne;
– construction d’un centre de métier de l’élevage;
– construction d’un centre de formation à l’apiculture et à la pisciculture

III.2- Secteur minier

– Installation d’exploitations semi-industrielles;
– formation d’exploitants locaux aux techniques modernes;
– fourniture d’équipements adaptés aux exploitants locaux formés.

III.3- Secteur touristique et culturel

– Institution de festivals culturels périodiques de lutte traditionnelle, de masques et de danses;
– établissement de circuits ludiques, traditionnels;
– création d’un Musée des civilisations de la Région du Béré;
– construction de réceptifs hôteliers;
– construction de foyers des jeunes;
– construction d’auberges.

III.4- Secteur éducation–formation

– construction de salles spécialisées dans les collèges;
– construction et réhabilitation de salles de classes dans les écoles publiques de la Région;
– construction et réhabilitation des écoles primaires et secondaires (hors commune).

III.5- Secteur sanitaire

– Construction de dispensaires, de centres de santé et de maternités dans les villages;
– réhabilitation et équipements des dispensaires, centres de santé et maternités;
– construction dans chaque chef-lieu de Département d’un hôpital général.

III.6- Secteur infrastructure hydraulique

– Réalisation de forages;
– réparation de pompes à motricité humaine dans les villages;
– construction de châteaux d’eau;
– réalisation de système HVA dans les villages.

III.7- Secteur infrastructures routières

– Réprofilage lourd et léger de routes dans la région;
– ouverture de routes.

III.8- Secteur de l’habitat

– Construction de logements sociaux;
– construction de bâtiments administratifs

III.9- Secteur de la sécurité

Réhabilitation et équipements des Brigades de Gendarmerie de la Région.

IV- Les réalisations

– Réhabilitation de douze (12) classes d’écoles primaires;
– 2.000 tables bancs livrés à toutes les écoles de la Région;
– achèvement de six (06) classes d’écoles primaires;
– construction de dispensaires : 02;
– construction logements infirmier–maître : 02;
– construction de collèges entiers : 01;
– réhabilitation de trois (03) logements;
– réhabilitation de la gendarmerie de Mankono;
– réaménagement du bureau du Président du Conseil Régional;
– réaménagement du bureau de l’administration du Conseil Régional du Béré;
– clôture des bureaux de l’administration du Conseil Régional du Béré;
– reprofilage de 100 km de voies de la Région du Béré;
– réparation de 50 pompes à motricité humaine;
– construction du château d’eau à Tomono;
– construction du dispensaire de Dawara;
– don de chaises;
– don de sucre et de riz à l’occasion du mois de Ramadan;
– explication du plan de construction du château d’eau en cours de réalisation;
– construction du centre de santé et de l’école primaire publique de Nakara avec les responsables de la société ORANGE;
– réalisation d’une pompe à motricité humaine par le Conseil Régional;
– remise de la salle informatique par le Conseil Régional du Béré à l’Epp de Nakara;
– reprofilage et bitumage des routes dans la région par le conseil.

V- En cours

– construction de dispensaires : 02;
– construction de logement d’infirmier – maître : 02;
– construction de classes d’Epp : 09;
– construction de foyers de jeunes : 02;
– travaux de forage de puits : 03.

VI- A venir

– Construction de dispensaires : 04;
– construction de logements : 03;
– construction de classes d’Epp : 03;
– construction de foyers de jeunes : 01;
– réhabilitation de salles de classes d’Epp : 06;
– réparation de 50 pompes : 50;
– travaux de forage : 02.

V- Contacts

Tél : 22 50 02 28
E-mail : regionbere@yahoo.fr