L’histoire de la Côte d’Ivoire – Le tracé des frontières

La superficie est de 322000 km2. La Côte d'Ivoire est une ancienne colonie française. Elle est limitée au nord par le Mali et le Burkina persuadé, (anciennement Soudan Français), a l'est, par le Ghana (Cote de l'or anglaise), à l'ouest par la Guinée et le Libéria. Au sud, par l'océan atlantique.

Les cours d’eaux sont: la Comoé ou Aloba, le Bandama, le Cavally, le Sassandra et le Sans Pedro. Certains de ces fleuves sont navigables à partir de leurs embouchures sur 100 KM environs.

La température varie entre 19 et 36 degrés sur le littoral et un peu plus au nord. L’occupation effective de la Cote d’Ivoire par la France n’eut lieu qu’en 1842. 1887 est la date de ratification du traité du 4 Juillet 1843, entre le roi Amatifou et la France représentée par Bouet Villaumez. Ceci pour le premier point côtier officiel à savoir Assini et le royaume de Krindjabo.

En ce qui concerne le territoire de la Cote d’Ivoire proprement dit, rappelons les traités signés par Treich-Laplène et les rois des différents pays:

– Traité de Bettié, 13 Mai 1887
– Traité de l’Indénié, 25 juin 1887
– Traité des pays Dabou, 2 juillet 1887
– Pays de l’Alangoua, 13 juillet 1887
– Pays de Yakassé, 21 juillet 1887
– Pays de Cottobi, 23 juillet 1887
– Pays de l’Abron et Bondoukou, 13 novembre 1888
– L’Etat de Kong, 10 janvier 1889
– Pays de Djimini, 26 janvier 1889
– Pays de l’Anno, 8 février 1889
– Pays de Moyen Lahou, 30 août 1890
– Pays de Fresco, 31 août 1890
– Pays de Petit Lahou, 5 avril 1891
– Pays de Kotrou, 12 avril 1891
– Pays de Trepow, 16 avril 1891
– Pays de Sassandra, 22 avril 1891
– Pays de Bereby, 24 avril 1891
– Pays de Victory, 27 avril 1891
– Pays de Cavaly, 05 mai 1891
– Pays de Grand Drevin, 25 octobre 1891

Il y a lieu de compléter cette liste par le passage de Binger en 1887 à partir de Tingrela, mais il n’y eut alors pas de traité car celui-ci était alors signé avec les rois Bambara dont dépendaient les Sénoufos.

Tout ceci découlant du traité dit « de Berlin » en 1885 qui disait qu’un territoire, pour appartenir à une nation qui la Revendique, devait ère occupé physiquement par celle-ci, les points côtiers ne pouvant être considérés comme une implantation à l’intérieur.

D’où cette course entre Français et anglais, ceux-ci ayant décrété que la frontière serait la Comoé et les Français la Tanoé à 10 KM à droite de la piste des caravanes.

Pour établir le territoire il devenait urgent de fixer les limites est et les limites ouest.

Les frontières du Libéria fixée au Cavally, les Américains libériens l’ayant formellement acceptée et donc garantie grâce au traité signé le 4 Février 1868, lequel, bien qu’incomplet dans ses termes de souveraineté avec les rois de Grand et de Petit Bereby, de Bassame et de Demba Gué (l’intérieur immédiat étant considéré soit comme vide, soit comme des territoires du roi de Grand Bereby). Le nord n’étant autre que le Soudan déjà Français, qui s’étendait alors jusqu’en dessous de Touba Séguéla.

A partir de ce dernier traité, les bases de la Côte d’Ivoire étaient créées, pour constituer l’état de la Côte d’Ivoire, il fallait encore assurer la présence physique à l’intérieur de ce carré ainsi délimité.

La présence Française à aussi exactement 300 ans: c’est en 1687 que le père Gonzalvez fonda la mission d’Assinie (1687-1830). Les Français représentés par les missionnaires et les commerçants s’installent avec plus ou moins de réussite sur cette portion de cote comprise entre Fresco et Assinie.

(Extrait tiré du livre de monsieur et madame André et Affo Guénéguez: les 100 ans de la C.I)