Historique de L’île de Tiagba « le village Aïzi des Ayikpa »

Le vrai nom de l'île de Tiagba est Krogbo. Ses habitants, seraient venus de Kadafo, région située entre Lakota, Sassandra et Fresco. Les étapes de leur migration sont Lohiri, Lozua, Koko, Yokobue, Guitry et Tiagba.

Certains d’entre eux, sont allés s’établir à Naguibo non loin de Grand-Lahou. Ils ont rencontré un vieux et sa famille. C’est avec des gestes qu’ils ont communiqués avec eux, car leurs langues étaient différentes. Ce vieux a exigé de l’or et des perles avant de permettre à ses hôtes de s’installer.

Krogbo, vient de l’expression kro (oie) et gbo (île), c’est-à-dire l’île aux oies, en langue Apôrô. Or en langue mekyibo (la langue des Mekyibo est appelée Betine), le suffixe gbo désigne l’île. C’est ainsi que l’île de Vitré est appelée Betigbo. De même l’île Boulay dont le nom réel est Azigbo signifie l’île des Aïzi.

Le leader des migrants arrivés à Tiagba s’appelait #Direke et est décédé à Lozua, il sera remplacé par Tipro. Le vieil homme qui vivait sur l’île de Tiagba avec les siens, s’appelait Ayikpa Laba (Leba) et sa langue était celle qui se parle à Tefreji, à savoir l’Apôrô. Une partie de son groupe quittera l’île de Tiagba ou Krogbo pour s’installer à Ezanu, Tabot, Behiri, Tefreji, Atoutou, Alaba et Avagu (Avagou).

Les traditions orales de Tiagba, disent que Tefreji est le village le plus ancien, mais c’est à partir de Krogbo que Ayikpa Laba l’a fondé. Les gens de Tefreji disent-elles viennent du pays éotilé. Par la suite, des sujets d’Ayikpa Laba suivis de certains habitants d’Alaba, Tabot, Koko, Tefreji, Atoutou et Avagu, reviendront habiter l’île de Krogbo.

C. Bennefoy reconnaît que les Tiagba d’ascendance Krou venus du pays dida, ont effectivement trouvé des Aïzi autochtones sur l’île. Une violente rivalité les opposera avant de finir par une alliance. Ces autochtones ont enseigné aux Krou la pêche, l’architecture des cases sur pilotis et les ont amenés à adopter la filiation matrilinéaire. L’habitude de s’installer sur des îles lagunaires, la pêche et l’habitat sur pilotis participent de la culture des Mekyibo. Or les habitants de Tiagba construisaient des cases sur pilotis. Leur village lacustre existe encore aujourd’hui.

Les anciens Mekyibo dans la région des lagunes Aby-Tendo-Ehy, vivaient sur les îles de Monobaha, Mia, Nyamoa, Ehikomia, Eloame, Ngramo, Esso, Balubate, etc. Les habitants de l’île Krogbo, les Aïzi autochtones comme dit C. Bennefoy, parlaient l’Apôrô tout comme à Tefreji. Il n’y a pas de doute, ils étaient des Pèpèhiri-Mekyibo. Ils occupent le quartier central actuel de Tiagba où l’on parle encore Apôrô.

Les deux autres quartiers locuteurs du Lèlou, sont les descendants des migrants dida venus à la rencontre d’Ayikpa Laba. A Tiame, l’on soutient que les ancêtres viennent de Guitry en pays dida. Ils ont transité par Bôjô, Tabutu (Tabot) et Didiebre. Kokyi Soki, a trouvé sur les bords de la lagune, un endroit propice à l’installation.

Des gens sensibles à l’attrait du lieu venaient là. Kokyi Soki a donc appelé son village Tiame, autrement dit, venu avant les autres. Selon la version de Tiame, les Aïzi venus de l’Est sont ceux de Tefreji, Atoutou A, Tabot, Koko et Alaba. Par contre les Aïzi venus de l’Ouest y compris eux-mêmes, sont les habitants de Nigui Saff, Nigui Assôkô, Tiagba, Abrako et Atoutou B. Quant aux populations de Tabot B et Gbehiri dit la version de Tiame, elles sont venues de l’Avikam.

Aujourd’hui l’île abrite environs 4 000 habitants situé à 100 km à l’ouest d’Abidjan (accessible par 80 km de bitume et 20 km de piste), entre les villes de Dabou et Grand-Lahou.

L’ile s’étend sur 52 hectares de terre, couleur ogre-rouge, à une altitude de 100 mètre. Elle est situé à l’extrême ouest de la lagune Ebrié et au débouchée de la baie de Cosrou. Baignant dans le climat méridional de transition à humidité constante dit climat attiéen, le village insulaire de Tiagba occupe deux activités prédominantes : la pêche et l’agriculture.

Les derniers articles