Les Ega

Les Ega habitent dans le canton Dies de la sous - préfecture de Divo et dans le canton Dies de la sous - préfecture de Guitry. Le nom de Dies que leur donne l'administration n'existe pas dans la langue des Ega.

Et son origine n’est pas connue. Les Ega forment une petite enclave Kwa au milieu des Kru. Ils ont pour voisin les Dida au nord, à l’est et à l’ouest, et au sud leur population est difficile à évaluer. La plupart des Ega sont bilingues, leur seconde langue est habituellement le Dida. Aussi ont – ils été souvent recensés parmi les Dida avec lesquels ils entretiennent des relations de bon voisinage. Le recensement de 1975 donne un total de 67 Ega pour l’ensemble de la Côte d’Ivoire. Pour cette raison, si l’on fait le total de la population des 20 villages Ega, le recensement de1963 donne 4.300 habitants, et celui de 1975 en donne près de 15.000. C’est qu’entre temps le développement des routes Divo – Fresco et Divo – Grand – Lahou a provoqué un afflux de populations du centre et du nord qui se sont fixées au abords des villages existants. Toutes ces données permettent d’évaluer la population Ega à environ 5 000 personnes. Les 21 villages Ega forment 3 groupes:

Groupe 1: ( 9 villages)
– Léhiri – Penda
– Douzaro
– Omanagniboué
– Wonkpeko
– Laboudougou
– Gniguédougou
– Agboro
– Goubéko
– Doumbaro

Groupe 2: ( 6 villages)
– Dairo
– Didizo
– Béhiri
– Zoukoubéko
– Zigrigbi
– Bouboudi

Groupe 3: ( 6 villages)
– Gly
– Kopidougou
– Gochem
– Dadiedou
– Broudougou – Penda
– Borodou

La langue Ega est longtemps restée non – classée. Lavergne de Tressan la classe dans le groupe Krou. Les ethnologues rapprochent les Ega des Akan. En fait, la structure de l’Ega est conforme à celle des langues Kwa. Notamment par l’existence systématique de préfixes vocaliques nominaux, totalement absents des langues Krou. De plus, Lynell Marchese qui a recueilli la liste lexicale pour cet atlas a relevé 56 mots Ega qui peuvent être mis en rapport avec des mots de la famille Krou, soit 10 du vocabulaire. La présente étude montre que ce rapport dépasse 30 avec la famille Kwa. Enfin, les 56 mots en cause ne portent pas sur le vocabulaire fondamental de base, et peuvent fort bien être des emprunts. Dans l’état actuel des connaissances, il semble donc bien qu’il faille classer l’Ega dans le groupe des langues Kwa.

Source: Esquisse de grammaire: L’EGA de Rémy Bole Richard