Festival Glô-Loh 2 ème édition / Entretien avec M. Ydo Yao, représentant-résident de l’Unesco.

En marge du festival Glô-Loh, M. Ydo Yao, représentant-résident de l’ Unesco a effectué une visite à Onibabré à quelques encablures de la ville de Gagnoa, à l’ invitation de la commissaire du festival. Une occasion pour l’ homme de culture d’ apprécier les rythmes patrimoniaux et les mets de la région.

 » La culture résiste au temps « .

Monsieur  l’ émissaire de l’ Unesco, quelles sont vos  impressions après cette visite ?

Je dois dire que j’ ai été impressionné par l’ accueil dans la pure tradition bété. J’ ai eu droit à des mots bien choisis , chantés avec poésie. L’ émotion était à son comble. Je crois que cela cadre avec l’ objectif du festival qui est de valoriser et de sauvegarder le patrimoine culturel de la région. Avec ce que je viens de voir et d’ entendre j’ imagine déjà le spectacle que les troupes produiront.

On sait que votre leitmotiv est de sauvegarder le patrimoine culturel de l’ humanité. Avec ce que vous venez d’ entendre pensez-vous le patrimoine culturel de la région est en danger ?

Je ne le crois pas d’ autant plus ces chants ont été exécutés aussi bien par les jeunes que par les vieux. Cela me conforte dans l’ idée qu’ il n’ y a pas de rupture générationnelle. Les anciens ont su passer le flambeau aux jeunes dans la pratique culturelle. Malgré le temps qui passe, la culture résiste et c’ est en cela que réside notre satisfaction. Ce qui reste à faire c’ est la promotion et la valorisation de ces rythmes patrimoniaux. Ce festival vient à point nommé pour jouer ce rôle.

Vous venez de manger des mets ancestraux. Votre avis là-dessus ?

Ces plats vont partie du patrimoine culturel de la région. Le fait de les remettre au goût du jour est une bonne chose. Les pratiques culinaires font partie du patrimoine culturel des peuples. Ce qui me réconforte c’ est que ces mets n’ ont pas disparu bien au contraire ils côtoient les plats d’ aujourd’hui et cela participe à la diversité culturelle.

Vous retournez donc satisfaits ?

Bien entendu ! J’ ai été touché par cette marque de sympathie et de considération du comité d’ organisation. Je suis venu partager des instants de vie avec ces populations. Je repars heureux. C ‘est la culture qui gagne. Notre mission est de faire triompher la culture partout où nous passons. Merci à vous !

 

 

 

 

 

Culture

Facebook