Toumodi / Politique / Professeur Kouadio Yao Jérôme, ex-militant de l’ UPCI à propos des conventions éclatées :  » C’est le Président Bédié qu’il faut à la tête du pays eu égard à son expérience et à sa sagesse « .

Toumodi à l’instar des autres départements de la Côte d’ Ivoire a vécu le weekend dernier au rythme des conventions éclatées du PDCI. L’occasion a été propice pour les responsables du parti de plébisciter Aimé Henri Konan Bédié, candidat aux élections présidentielles d’ octobre 2020. Avant les élections, nous avons tendu notre micro au Professeur Kouadio Yao Jérôme, ex- coordonnateur de l’ Union Pour la Côte d’ Ivoire ( UPCI ) dans les départements de Toumodi et de Djékanou, ex-membre du directoire politique et ex-secrétaire national chargé de la culture, du tourisme et de la communication. Il explique les raisons de son retour au Pdci tout en exhortant les militants à faire confiance au Président Bédié pour ramener la Côte d’ Ivoire sur le chemin de la paix. Il n’oublie pas de revenir sur des faits qui font l’ actualité politique.

Professeur, qu’est-ce qui explique votre retour au  » bercail  » quand on sait que depuis 2009 vous étiez un militant très actif de l’ Upci ?

En effet depuis 2009, j’ ai été coordonnateur départemental de l’ Upci ( Djekanou, Toumodi ). J’ ai été membre du directoire politique et secrétaire général chargé de la culture, du tourisme et de la communication. J’ai été au service du parti jusqu’en 2018. J’ai contribué a implanté la parti dans ma zone de compétence. Mais en homme de terrain, militant pragmatique, j’ai constaté une sorte d’ inertie qui plombait l’envol du parti. J’ ai remonté l’ information au sommet mais je n’ai eu l’ écho escompté. J’ai été candidat aux dernières municipales pour le compte de mon parti. Le Pdci les avaient gagnées. Cela m’ a d’ ailleurs réjouit ! Après ces municipales j’ ai déposé ma démission. C’est tout naturellement que j’ ai déposé mes valises au Pdci-Rda. Je dois vous dire qu’ ai été à l’ époque militant du Synesci, syndicat des enseignants proche du Pdci. C’est donc dire qu’ en réalité mes racines tutélaires ont toujours été au Pdci. Depuis lors, j’ai pris ma carte de militant du parti. Un an après j’ ai été admis au Bureau politique.

Qu’est-ce que vous venez apporter concrètement au Pdci ?

Pour être franc, je dois vous dire que je suis venu me mettre à la disposition du Président Bédie. Je suis venu prendre part au combat qui va permettre au parti reprendre les rênes du pouvoir. Ceux qui me connaissent savent que je suis un homme d’ action. Je viens apporter ma modeste contribution à ces vaillants militants qui font la fierté du parti. Voyez-vous la mobilisation pour ces conventions éclatées ! Toumodi donne la preuve que le parti est toujours présent dans le cœurs des ivoiriens.

Vous venez de prendre part au vote. Avez-vous un commentaire ?

Les choses se déroulent dans le calme et dans la transparence. C’est la coutume dans notre parti. En dépit de l’ âge du Président Bédié, il est prêt à l’ ultime sacrifice pour notre génération. C’est le sens de sa candidature et cela les militants l’ ont bien compris et cela va se traduire par un plébiscite dans les urnes.

Pour vous, qu’est-ce qui plaide en faveur du Président Bédié ?

Je ne vous apprend rien en vous disant que le Président Bédié est un homme d’ expérience doublé d’ un homme de sagesse. Souvenez-vous du miracle ivoirien , ça porte sa marque. En homme sage le Président Bédié s’ est toujours inscrit dans la voie du Père-fondateur Félix Houphouët-Boigny qui a toujours préconisé la paix dans la résolution des conflits. Le premier Président de la Côte d’ Ivoire disait à cet effet que la paix est la seconde religion du pays. Vivre 86 ans et être encore utile à son pays c’est vraiment faire don de personne pour des causes qui en valent la peine. Dans la situation actuelle, c’est Bédié qui peut tenir le gouvernail.

La Cour africaine des droits de l’ Homme et des Peuples vient de faire des recommandations pour la tenue de meilleures élections. Apparemment le pouvoir semble faire la sourde oreille.

Dans une famille quand il y a des querelles, on sollicite des personnes extérieures. En terme plus clair, on fait de la médiation. La Cour désignée pour trancher l’ affaire a fait un certain nombres de recommandations pour permettre la tenue d’ élections justes et transparentes. On attend donc le chef de l’actuel qui doit veiller à l’ application de ces mesures. Nous ne souhaitons pas revivre les situations antérieures qui ont crée un véritable traumatisme chez les ivoiriens.

De plus en plus les militants du Rhdp réclament la candidature du Président Ouattara. Sachant bien qu’un troisième mandat est sujet à caution, ne pensez-vous pas que les ingrédients sont réunis pour une crise ?

Sachez bien que la Constitution de 2016 n’ a pas aboli celle de 2000 en ce qui concerne la légitimité du mandat présidentiel. Il y a tellement de cadres au Rhdp pour succéder à Ouattara qu’il ne sert à rien polémiquer sur ce sujet. Ceux qui ont rédigé la Constitution sont formels là-dessus : Un troisième mandat n’ est plus possible pour Ouattara à moins qu’il n’ est plan caché. De toute façon nous observons. Pour l’instant ce ne sont que des supputations.

Un mot pour clore l’entretien.

Je voudrais dire merci à tous les militants du Pdci qui ont facilité mon retour à la maison. Un merci particulier au Président Bédié qui a décidé d’entendre la voix de la base en acceptant de se porter candidat. C’est un acte de générosité et d’ amour pour son peuple. Nous allons lui traduire notre reconnaissance et notre gratitude en le portant au soir des élections d’ octobre 2020.

Les derniers articles

Actualité

Facebook